mercredi, 27 février 2008

soumission

 

La vision est limpide, acérée comme un cristal brisé, le temps du Rituel est révolu, la Prophétie inéluctable, toute résistance pure illusion.

Vous vous raccrochez pourtant encore au confort de la conformité, vous êtes en plein déni, preuve ce geste conventionnel envers ce corps frigidifié malgré ses apparences obscènes.

Peut-être votre rang et votre charge vous enracinent -ils à la désuétude de ce Rituel éculé, et vous voulez encore croire que je ne suis que sa mille soixante sixième victime connue et que je dois être la cinq cent quatre vingt quatorzième à survivre par votre bonne volonté. Comme si votre volonté pouvait avoir le moindre effet dans cette dimension inexplorée...

Oui, j'ai blasphémé, oui, je m'en blâme, j'ai bel et bien eu la faiblesse de croire que vous aviez eu un instant de lucidité, que vous aviez entrevu la Prophétie et que c'est pourquoi vous m'aviez choisie. Mais seul le féminin détient les clés et vous n'avez pas encore admis le votre, alors oui, j'ai blasphémé...

C'est bien en aveugle que votre intuition vous a fait repousser la brune adolescente aux seins menus mais insolents que vous aviez prévu de convoquer. Vous vous êtes pourtant délibérément engagé sur la voie de la rupture, poussé sans doute par votre désir de sensations extrêmes,  alors pourquoi à présent chercher à vous dérober? Ni vous ni moi n'avons le choix. Le processus est engagé. Il n'est ni retour arrière ni ralentissement possible. Tous les repères sont effacés. Même la peur qui vous fait confondre les trépidations de votre coeur avec les pas tant attendus de la Grande Prêtresse n'y changera rien. La Grande Prêtresse ne viendra pas, nous sommes déjà morts pour le monde d'où elle vient, d'où nous croyions venir. Personne ne peut nous guider. Vous qui croyez tant être Maître, à l'évidence saurez-vous vous soumettre?

 

lundi, 11 février 2008

Éveil du Rituel


The Flood © 2008 Scott James Prebble
 
Avons-nous dormi ? Avons-nous rêvé ?
Le temps où le Rituel a été suspendu
se compte-t-il en secondes ou en siècles ?
Comme il est étrange que ce soit
très précisément à l'instant où
j'ai eu la sensation illusoire de
me libérer de l'emprise des brumes
que tout a basculé dans le Néant.
Un Néant fort heureusement provisoire,
puisque me voici à nouveau conscient,
en ce lieu qu'ailleurs on appellait,
ou appelle, ou appellera Cathédrale;
en ce lieu multiplement habité,
par les statues blafardes,
par les brumes omniscientes
nées du coeur vivant des Marais,
par les pouvoirs de la Grande Prêtresse,
par cet autel noir et glacé surtout,
cet autel où vous êtes exposée nue,
ouverte, absolument indécente.
Quand l'indécence est absolue,
est-elle encore indécence ?

Je reprends peu à peu mes esprits.
J'ai le souvenir d'une pluie battante,
mais maintenant il neige lentement.
Et l'atmosphère est plus glaciale
que jamais. La pensée que le froid
vous est certainement une torture
effleure ma conscience, mais
je ne m'y arrête pas; la compassion
n'a pas sa place ici et maintenant.

"On" (la Grande Prêtresse ?
les brumes ? les statues ?
je ne saurais le dire...)
m'entrouvre les portes de votre
esprit, sans doute pour que
je sois envahi par l'immensité
de votre Blasphème : vous avez osé
penser ? croire ? désirer ? rêver ?
que le Rituel pourrait s'accomplir
sans la Grande Prêtresse !
Et je n'ose répéter ici
à quoi d'autre vous avez osé
penser ? croire ? désirer ? rêver ?
Difficile pourtant d'échapper
à la conviction que vous allez
me permettre de faire entrer
le Rituel dans une nouvelle ère...
Impossible pourtant d'échapper
à la certitude que d'une façon
ou d'une autre, et probablement
de bien des façons différentes,
vous serez mienne...
 
Votre Blasphème est-il la cause
de la suspension du Rituel ?
Répondre à cette question
n'est pas en mon pouvoir.
Je peux seulement décider
de ne pas le retenir contre vous.
À moins, que plus tard,
 vous ne revendiquiez
la volonté d'en subir
toutes les conséquences...
 
Le Rituel doit maintenant
reprendre son cours. "On" peut
maintenant me refermer les portes
du secret de vos pensées.
La prochaine fois, c'est vous-même
qui me les ouvrirez...
Je m'approche lentement de l'autel,
je contemple longuement le ballet
des flocons qui dansent avant
de mourir sur votre corps pâle.
Du bout du doigt, pour la toute
première fois, je vous touche,
j'effleure votre peau blême...
Vous êtes glacée et cela me plaît.
Mon doigt glisse entre vos seins,
virevolte jusqu'au nombril,
s'approche de......

J'entends des pas...

samedi, 09 février 2008

Notes de lecture II

Le Rituel ne connaît pas la ligne droite; le Rituel ne connaît pas le chemin unique; le Rituel ne connaît pas le temps linéaire... Le Rituel emprunte plusieurs voies... Celle des origines, longtemps interrompue, ne peut que reprendre...

Pour en faciliter la lecture, une catégorie Rituel Ancien a été créée, qui regroupe tous les textes du corps à corps poétique et luxurieux d'Aude et iXéo...

samedi, 09 juin 2007

Notes de lecture

Cette nouvelle est à découvrir de bas en haut...

mardi, 22 mai 2007

L'Amour est vie

Écho dans le vide hurle ta voix
Sous les feux de mes doigts crépitant sur ta peau
Nos machines s'engagent dans une pleine production
Et tu boue comme la sève vouée au sirop

Sous tes flammes mes cris chantent
Sirupeuse volupté sur ta peau
Nos sangs s'emmêlent haleine vitale
Et tu cabres jusqu'au dernier mot

Sucré est ton corps enrobé de flammes
Soleil parmi la nuit de mon être obscurci
Nous souffrons tout les deux
Assemblés jusqu'à friction explosive

Cendré est ton corps en aura incendiaire
Ombre accentuant l'étoile anéantie
Nous exultons de concert
Éperdus aux frissons immobiles

Tes yeux de braise pour détonateurs
La lave de ta sueur n'est qu'un souffle d'esprit
Nous ne sommes plus matériels
Nous brûlons l'un dans l'autre

Les paillettes de ton oeil en stabilisateur
Tes fluides glaces exhalent la paix
Hors des corps en pleine vie
Notre incendie resplendit

Nous... je hurle si fort; nou... tu déferle bouillante
No... je suis source thermique, n... tu es volcan de cœur
J... nous sommes alliage incassable,
T... nous somme fusion des esprits

Nous avons tout compris,
L'Amour est absolu.
L'Amour est spirituel.
L'Amour est vie.

dimanche, 06 mai 2007

résurrection

 

 

Je suis près de toi...sans pourtant être moi...

dans le vide imprimé du contresens unique
le bourgeonnement vital s'effervescence ludique
et des bulles braisée de l'âme ensoleillée
éclosent les murmures silencieux de l'oublié
souvenirs éperdus ainsi remémorés
hymnes de cristal à l'innocente virginité

il nous faut encore pousser, s'épanouir de néant
déchirer la prison de l'opercule nous protégeant
laisser jaillir la pulpe nourricière pour croître
céder à l'élévation de sève du fond de l'âtre
oser soulever la masse bistrée, tendre vers le jour
dans l'enlacement de nos germes, frêles atours

immolons-nous à ce courant plus fort que la nuit
acceptons la résurrection, accueillons la vie

Luxure "back-stage" I

Missiler says:
et voilà

Aude says:
et...je suis sans voix...
Missiler says:
et je poursuis cents voies
Aude says:
et cent autres pour qu'il ai plus d'autre...
qu'il n'y ait plus d'autre...
pffffff...
Missiler says:
pour qu'il n'ait plus d'hôte
pour qu'il n'ait plus de nôtre
Aude says:
et il nait une etoile
Missiler says:
où lumière est extase
Aude says:
et ou l'amour s'embrase
Missiler says:
et où la mort l'embrasse
Aude says:
et la vie aussi
Missiler says:
la renaissance
réminiscence
Aude says:
emmerveillance
Missiler says:
luminescence
Aude says:
sublimessence
Missiler says:
déli des sens
Aude says:
deliquescence
Missiler says:
délire et sens
Aude says:
delire essence
Missiler says:
délie l'aisance
Aude says:
evanouissance
Missiler says:
épanouissance
Aude says:
vibrance
Missiler says:
etat jouissance
Aude says:
emouvance
Missiler says:
et mouvance
Aude says:
transparence
Missiler says:
transe parance
Aude says:
trans-apparence
Missiler says:
parrée de transe
Aude says:
infiltrance
Missiler says:
pénitance
Aude says:
penetrance
Missiler says:
imprégnance
Aude says:
incandescence
Missiler says:
quintescence
Aude says:
bouleversens
Missiler says:
vers essence
Aude says:
accoutumance
Missiler says:
écris et pense
Aude says:
intense
Missiler says:
opalescence

L'unique état

sarclés aux claires clairières de l'abandon

enterrés et terrés dans le ventre terrestre
le vent d'été reste au plus profond de l'abysse
et la guerre notre terre atterrée séquestre
l'enfermant dans le sourd d'une sainte armistice

pénétrés de terreur et vitrés l'un dans l'autre
nous traversons les vers scionnant nos ébats
ta version est la mienne et tu es mon apôtre
peut-être nos êtres sont un unique état


de mon gré de l'engrais de son jais je t'arrose
par-delà de mon âme ammarée je t'élève
de ma part de mon dard devant l'art de ta rose
de tes lèvres de sève et de lait, je te rêve

je te donne et fredonne en un chant ta personne
je m'étonne et je tonne embryonnant ta terre
j'abandonne et détonne un peu de moi, je sonne
à ta porte et j'emporte avec moi ton calvère


je digère et dirige en un torrent tes berges
je te gère et te joue comme un jour inconnu
je consomme ton or, je parcoure tes verges
et j'acours et je cours et l'extase est cossue

je me rends je te prends je comprends ton secret
pour la mort en l'amour pour toujours tu es moi
je te mange et dérange un ouragan se créé
je divague et je vogue où la vague est émoi


je te veux près de moi

 

samedi, 05 mai 2007

germination d'abandon

Embués de boue, debout, à bout, abrogés des abus bouillonnants du béant, nos racines s'entremêlent, se raccordent, s'accordent aux cordes tragiques du tourment. Et ainsi baignés, biaisés, brassés, embrassés, embrasés, ébouriffés dans la saveur du souffle étouffé, la terre nous atterre éthèrant, étirant, en tyran, l'attirance. Alors sur l'onde blonde et féconde, nos folles paroles caracolent et telle la graine qui étrenne son germe hors du sol qui console, nous poussons, germination d'émotions à l'unisson. Ce Rituel éternel nous rappelle que toutes les clés restent sarclées aux claires clairières de l'abandon.

vendredi, 04 mai 2007

Réminiscence

Ton image s'assoupie dans la terre vorace qui la broie sans réserve surgissant de son calme en montagne acérée...

 

Pierre aqueuse

Quand les gouffres dressés se pigmentent de nue
Cimes mines de jais aux embruns du couchant
Ta silhouette svelte étalée toute nue
Sur la pierre froide à ton dos te touchant

Lapidée de limpide éjectée du réel
La seconde boiteuse est si lente à venir
Mais le sable infini de l'instant du Rituel
Restera au présent un constant avenir

 

Chair textile

Tambourinant ton corps du rythme des tic-tacs
Sous le ciel rugissant sa noire opalescence
Les perles de ses yeux brisées à ton contact
Mettent fin à la voie de leur déliquescence

Et mes yeux slalomant les détours de ton être
j'amenuise l'ondée de la lune poignante
Face à l'art de ta toile existe-il un vrai Maître
Au-dessus des traits de ton image stagnante?



M'approchant du halo de lumière sous lequel tu languis comme une immaculée brebis offerte aux contrées oniriques, je tremblote de force et d'absence totale. Suis-je au lieu où je suis ou les vapes m'enrobent? Le moment n'est qu'un souffle mais mes rêves sont autant de vies s'étendant aux confins du néant termal. Je deviens primitif...

 

mercredi, 25 octobre 2006

Troisième élément

Nus, indécents, enlacés, étreints jusqu'à l'étouffement, immobilisés par l'insoutenable attente, tétanisés de crampes,  nos esprits toujours entremêlés, nous nous vidons de nos vies par le bas, par les pieds. Nos membres inférieurs semblent prendre racines et développer un réseau souterrain intriqué.

Alors la terre se met lentement à monter, brune marée inéluctable, nous entraînant dans un courant qui veut nous arracher une fois de plus l'un à l'autre. Nos regards se supplient comme si nous avions notre mot à dire, comme si nous pouvions changer le cours du Rituel, comme si...

Nous sommes encore étroitement soudés mais nous comprenons bien que la force de la terre montante va nous séparer, tester une fois de plus le mystère du Rituel. Le nouvel obstacle est devant nous et nous ne pouvons nous y résoudre, nous luttons vaillamment, nous accrochant par habitude à
notre utopie, cette chimère de nos fantasmes insensés.

Et la terre monte toujours. Elle nous arrive à présent aux genoux, dans des remous de plus en plus violents et irrésistibles. Forts de nos épreuves, nous nous battons encore,...Pourquoi? Pour qui?

Vous me regardez d'un oeil confiant embué de larmes. Je vous souris. Au même instant, nous avons compris...

Nous lâchons prise de concert, tristes et apaisés, épuisés et satisfaits.

Alors la vague brune me bascule, m'aspire, me siphonne loin de vous, et me fracasse contre les murs glacés du sanctuaire, brisant os et volonté. Je peux encore entendre le craquement de votre carcasse brisée, aussi malmenée que la mienne, puis les yeux, les oreilles, les poumons s'emplissent de terre et les restes d'énergie vitale finissent par s'échapper par les extrémités. C'est le néant. Je ne suis que terre meuble délivrée du joug du corps et de la pensée, soumise à l'omniscience suprême.

samedi, 02 septembre 2006

"Rien n'est plus délicieux que l'attente de ce qui paraît inéluctable." Anne Bernard

Nus, indécents, tendus de désir, étroitement entrelacés, les regards en miroir confondus d’éternité figée, l’expectative nous soumet, tentatrice et complice. Nos esprits toujours mêlés sont suspendus dans un même souffle, effluve d’attente.

Qu’attendons- nous ? Trouvons-nous tant de plaisir au supplice de l’espérance ?

Nous n’osons bouger de peur de faire fuir la magie de cet instant qui s’éternise et nos corps sont envahis de lassitude. Dormir, s’abandonner à la régénérescence du sommeil, votre âme le murmure à la mienne, la mienne à la votre. Mais nous le pressentons, dormir n’est pas une option, il nous faudra à nouveau bientôt, si tant est que bientôt puisse exister quand le temps perd sa durée, pouvoir compter sur toutes nos facultés combinées.

Qu’attendons- nous ? Trouvons-nous tant de plaisir au supplice de l’espérance ?

L’engourdissement nous gagne. La Troisième Conditions est bien la plus contraignante, la plus insupportable…L’entrelacement devient de plus en plus inconfortable, nos muscles se tétanisent mais nous maintenons l’immobilité, l’abandon absolu l’un à l’autre. Au jeu de la patience, nos forces mentales conjuguées vaincront et l’expectative n’est qu'un test timide. Nos yeux papillotent, et nous puisons l’un dans l’autre, tour à tour l’énergie d’attendre encore. Nous avons les deux premières clés, nous avons survécus, plus intimes que jamais, ca n’est pas un peu d’attente qui va nous briser…

Qu’attendons- nous ? Trouvons-nous tant de plaisir au supplice de l’espérance ?

Nus, indécents, tendus de désir, étroitement entrelacés, les regards en miroir confondus d’éternité figée, l’expectative nous soumet, tentatrice et complice. Nos âmes accrochées à notre  utopie, cette chimère de nos fantasmes insensés des Première et Deuxième clés, nos esprits toujours entremêlés résistent bravement au sommeil envoutant de la Troisième Condition.

Nous attendons…

mardi, 22 août 2006

Acquiescement

Dissolue dans les brumes des Marais, j'erre dans cet état évanescent de non-être, de presque mort, dans le temps sans durée et l'espace sans champ que sont le temps et l'espace du Rituel.

Juste là, à peine une intuition, un pressentiment plutôt qu'une véritable sensation, juste là, une lueur, infime particule de lumière, réminiscence fantomatique asphyxiée de brumes frémit. A la lisière de la conscience inconsciente se dessine l'espérance.

L'étincelle ondule d'une onde concentrique qui semble commencer à se propager dans une lenteur contemplative. Pourtant anéantis, engloutis par les brumes, nos atomes dispersés ont du garder la mémoire d'outre-tombe de la joie. Ils se reconnaissent, s'attirent irrésistiblement comme s'ils avaient été magnétisés par les rires partagés. La clarté prend de l'audace et enfle doucement, s'enroule en une spirale luminescente en tournoyant et crée une gravité qui absorbe de plus en plus de particules de nous.

Vous êtes partout, tout autour de moi, tout en moi. Votre omniprésence anime ma conscience, et juste là, la vôtre se met à palpiter à son unisson. Nous reprenons nos esprits, d'un seul esprit. Nos volontés encore baignées l'une de l'autre se différencient à présent et votre pensée se détache pour imprimer ses images à la mienne.

C'est une pensée de moi…Non plutôt, une pensée de la femme. Pas une femme parfaite et aseptisée au corps de déesse, pas une trop jeune fille trop pure, que vous auriez pu, peut être du, me préférer. Juste la pensée d'une femme. Pas vraiment jolie, pas vraiment cultivée, pas vraiment bonne maitresse de maison, pas vraiment l'archétype de la mère ou de la femme de pouvoir. Juste une femme de tous les jours, qui se réveille les yeux bouffis, qui a toujours une lessive de retard, qui grille un fusible quand la journée dépasse un certain niveau de décibels, une femme qui vit au rythme des bagarres des enfants, de ses hormones et des frustrations du quotidien. Ni un ange, ni un démon. Cette femme banale que votre intuition vous a poussé à choisir pour le Rituel et qui vous a ouvert les portes de la Prophétie. Cette femme que vous n'idéalisez pas, que vous acceptez telle quelle avec son impudique indécence, ses contradictions, son humour douteux, ses excès, ses carences, ses faiblesses et ses souffrances.

Par cette adhésion inconditionnelle, vous me redonnez naissance.

Mon corps reprend forme, les sensations refont surface, je réintègre la vie dans un éclair blanc.

Vous êtes toujours en moi, et je comprends instinctivement que je dois suivre vos pas, que je dois moi aussi embrasser tout votre être. Alors, je laisse mon amour souscrire à tout ce que vous êtes, vos doutes, vos certitudes, vos désirs , vos besoins inassouvis.

Ma respiration relance mon cœur et c'est de lui que vous montez en moi, des bouffées d'aura lumineuse s'échappant de ma bouche à chaque expiration et à votre tour vous reprenez forme.

medium_Fusion_par_les_brumes_NB_Bruit_3.jpg

A nouveau nus, l'indécence reprend ses droits. Entrelaces peau contre peau, peau dans peau, nous goutons la paix de cet instant d'éternité indéfinie dans le temps sans durée qu'est le temps ici. Confondus, nous échangeons un regard confiant et entendu. Notre agrément mutuel et inconditionnel nous a permis de franchir l'épreuve de l'Air. Nous détenons la Seconde Clé…

dimanche, 20 août 2006

Les brumes des Marais...

Toujours là, nus, indécents, ruisselants, frissonnants, luisants de désir, scintillants des diamants de pluie qui font miroiter les rayons de lune, assis cote à cote sur la pierre glaciale de l'autel, fusionnés dans le rire comme purifiés par l'Eau, notre répit est de courte durée...

Nous qui étions si merveilleusement proches après avoir vaincu ensemble cette première épreuve, liquéfiés, unifiés par les sanglots de l'orage sur l'étroit autel de pierre sombre et froid, nous dont les épidermes vibrants se frôlaient au point que nous pouvions sentir l'électricité bondir spontanément entre nos deux corps, nous qui épousions encore les notes délicates, pures et cristallines du rire des enfants innocents, nous voila de nouveau saisis , happés par les brumes des Marais. Elles brisent net l'enchantement et nous déchirent l'un de l'autre dans un fracas assourdissant de hurlements de bêtes agonisantes. Aveuglée par les larmes, le cerveau violé par l'ignominie de la douleur, l'écho de mon regard contemple les volutes grises vous soustraire à notre  utopie, cette chimère de ce fantasme insensé de la Première Clé, et ma souffrance déjà indicible s'intensifie encore de la vôtre...La déformation de votre visage qui s'évanoui dans le néant des brumes confirme notre communion dans la détresse incommensurable...

 

medium_Ryan_brumes.6.jpg
Ma peau finit de se décomposer dans l'Air. Je ne peux plus rien percevoir de vous, ni vous sentir, ni vous voir, ni entendre vos cris. Je ne m'entends plus mugir non plus, ni ne me vois, ni ne me sens, je ne peux plus rien percevoir de moi. Je flotte, en dehors du temps sans durée qu'est le temps ici, en dehors de l'espace, en dehors de la vie, dans un vide absolu, une totale oblitération des sens et de la conscience. Les brumes sont en moi, elles sont moi et je suis elles. Je me dissous dans leur moiteur nauséabonde envahissant l'intégralité de l'écrin du Rituel. Je me dilue dans le brouillard lourd à peine effleuré par la lumière irréelle de la lune. Le susurrement de la Seconde Incantation jaillit alors comme une vapeur sous pression et dans un souffle frigorifiant me dissémine un peu plus aux quatre vents.
podcast

Est-ce la Mort?

 

Mon essence est annihilée par sa dispersion dans l'atmosphère fétide.


D'après les écritures, je devais pourtant survivre...

L'abandon à la Mort serait-elle la Quatrième des Conditions obscures dont parlent vos grimoires?
Peut-être les brumes folles et sages vous réservent-elles le même funeste sort malgré votre Rang et votre Charge...

Peut-être vos particules sont-elles aussi désagrégées dans les bouffées de brumes immondes...

Peut-être, juste là...

 

 

mercredi, 16 août 2006

Quand l'orage...

 

Nous sommes là, nus, indécents, ruisselants, frissonnants, étendus cote à cote sur la pierre glaciale de l'autel, communiant dans une demi-conscience, presque une demi-mort, livrés à la jubillatoire torture aléatoire de l'orage.

Vous n'avez plus à questionner, nous partageons la délectable horreur qui nous transperce de toutes parts, agite nos corps de convulsions et anéanti nos volontés.

Nous demeurons ainsi abandonnés dans le temps suspendu de la Prophétie, les Brumes des Marais emmêlant nos âmes.

Quand un supplice s'éternise trop, l'esprit finit par anesthésier le corps. Mon enveloppe, soumise à ces outrages depuis un temps infini, dans ce temps sans durée qu'est le temps ici, se détache enfin de son calvaire…

Je peux alors rassembler un peu de ce qui me reste d'énergie vitale pour vous assister dans l'épreuve. Mes mains viennent délicatement se poser en remparts sur vos yeux. Au creux de la peau sensible de leurs paumes, vos cils, ainsi protégés, battent d'une caresse éthérée et votre visage se relâche imperceptiblement. Cette ébauche d'apaisement pourtant si modeste, vous arrache un soupir de soulagement qui semble exhaler des profondeurs de votre cœur. L'unique sanglot flotte aérien jusqu'à l'ouverture en étoile du plafond pour rencontrer la fureur des éléments. Ce parfait  fruit de compassion atteint la tempête en plein centre. Sous l'absolue tendresse du choc, l'orage s'évapore en un instant.

La pluie a cessé, l'Ouragan s'est évanoui…

Grelottants dans notre impudique nudité, luisants de désir, encore étincelants des diamants de pluie qui scintillent sous l'onde lumineuse de la blanche Lune enfin réapparue, nous nous asseyons en nous ébrouant et en riant comme des enfants, simplement heureux d'avoir découvert la Première Clé de la Prophétie.

mardi, 15 août 2006

Tentation

L'écho de ton regard me poursuit dans la douceur de la mort qui me fait l'honneur de s'attarder. Elle semble m'attendre depuis des années sous ces draps où hier encore, nous faisions l'amour. Des années entières d'une douleur étouffée par l'apparence d'une joie insidieuse.

Hurlement d'une folie asphixiée, imperceptible caresse d'une déchéance affectueuse.

Etreinte intriguante de cette intransigeante mémoire, qui se réintroduit chaque soir dans la misère de mon esprit étriqué par ton absence.

Lente agonie qui obscurcit l'espérance de ton image qui s'éteint peu à peu, calme et silencieuse. J'entends le chant de la faux qui me promet d'être douce, qui me jure de sa fidélité.

Qu'on me vole ma vie, qu'on me libère de mes faiblesses pour que j'apprivoise ma détresse. Je t'ai aimé toute ma vie et je te haïrai tout au long de ma mort alors que je consens à ces funestes fiançailles.

Ris de moi, je t'aime, tu m'obsèdes, tu m'obsèdes et je t'aime, mon obsession, mon cauchemard, ma psychose, ma hantise, mon angoisse, ma crainte, ma frayeur, mon amour...

Tente-moi avec cette espérance, cette utopie; donne-moi encore la chimère de ce fantasme insensé, que je me glisse entre les cuisses de ton désert.

Ma peau finit de se consummer. Elle n'a jamais été aussi impatiente que depuis qu'elle brûle mes derniers espoirs.

© Ryan Sino

medium_mort2.3.gif

samedi, 12 août 2006

Seconde Incantation du Rituel

While the soul master looses his stamp
With his so very shallow pretty tramp

The Third Visitor storms make me wet
Withhold my breath and make me sweat
In the clouds keeps transpiring his silhouette
And his true love I can not forget

The Fourth Visitor's calm stages a new set
Anger vanishes and does not make me upset
Our burning bodies melt in an heavenly duet
And his pure love is my safety net

While the soul master looses his stamp
With his so very shallow pretty tramp

 

 

 

 

While the soul master looses his stamp
With his so very shallow pretty tramp

 

The Fifth Visitor is playing easy to get
Escaping bravelly the exclusivity threat

Addicted we dance the softest minuet
His eternal love is so perfect

 

The Sixth Visitor and I have met
Others absences his attentions offset
Of his tenderness I am forever in debt
His dream love protects without regret

 

While the soul master looses his stamp
With his so very shallow pretty tramp


 

 

mardi, 01 août 2006

Attente du Rituel ou Rituel de l'Attente?

medium_Etoile_du_Rituel.5.jpg


podcast

 

Nue, indécente, ruisselante, frissonnante sur la pierre glaciale, abandonnée à mon insondable vide interieur , l'orage, amant insatiable, attise ma solitude vertigineuse...Les pas sont venus et sont repartis, ne laissant que la Première Incantation et la douleur perçante de vos pensées et des brumes qui me donnent la nausée. Le temps est immobile, suspendu, meme l'eau ne coule plus, elle est figée comme prise par les glaces et pourtant toujours liquide. Est-ce la mort? Morte je ne pourrais pas sentir mon indécence tendre tous vos muscles et bruler vos entrailles. Non, c'est le lent poison des brumes qui se répend en moi et rigidifie mon sang. Je me fonds dans le givre du marbre, sculpture de votre désir, modelage de votre concupiscence, statue de votre luxure. Chaque image que votre esprit dessine, mon corps vous la réflechit comme un mirroir, les brumes forment un écran proctecteur au travers duquel vous ne pouvez plus m'atteindre. Le peu que je savais, je ne le sais plus et votre âme flotte autour de moi comme un fantôme, vous semblez encore plus confondu que moi. La Grande Pretresse ne viendra plus, elle sait que nous pouvons accomplir le Rituel seuls sans son assistance. Elle a senti que cette fois n'est pas comme les autres, que par votre choix incomprehensible, le Rituel est entré dans une nouvelle dimmension, une nouvelle ère.  Elle ne comprend plus les signes des brumes mais elle perçoit tres nettement qu'elle doit rester à distance pour que la Prophécie se réalise. C'est bien de cela qu'il s'agit, en me selectionant, moi, l'Imparfaite, le fruit mur, vous avez sans le vouloir déclenché l'avènement de la Prophécie et le Rituel doit être ré-inventé.

Nue, indécente, ruisselante, frissonnante sur la pierre glaciale, abandonnée à mon insondable vide intérieur, mon âme s'élève hors de moi pour prendre possession de la vôtre, les brumes nous fusionnent. Les statues s'animent lentement à la vie autour de vous, s'approchent et viennent retirer de leur doigts gelés un à un vos atours, dévoilant petit à petit l'indécence de votre désir.

Nu, indécent, ruisselant, frissonnant, vous prenez place à mes côtés  sur la pierre glaciale, abandonné à votre insondable vide intérieur, bientôt le Rituel va commencer, et la Prophécie s'accomplira.

mardi, 18 juillet 2006

"Derrière l'attente, il y a tout : la permission gratuite d'évoquer un beau visage ou de dialoguer avec une ombre." Dominique Blondeau

lundi, 10 juillet 2006

"L'attente est en proportion du bonheur qu'elle prépare." Michel Dupuy

mercredi, 28 juin 2006

"L'attente est plus dure à supporter que le feu." Proverbe arabe

samedi, 24 juin 2006

Dans la tourmente

Nue, indécente, ruisselante, frissonnante sur la pierre glaciale, je me livre sans résistance au courroux de l'orage. Ses dizaines de lames effilées aiguillonnent tout mon corps et le secouent maintenant d'un grelottement convulsif continu. Ses perles glacées me forcent à fermer les yeux et la flagellation n'en est que plus cruelle. Chaque goutte est imprévisible, une tentation, un martyre. Où va-t-elle éclater? Où coulera-t-elle ensuite? Leur accumulation est comme les dards d'un essaim d'abeilles mélangés à des caresses de miel. Supplice ultime, torture aléatoire. L'ouragan est un amant inventif et explorateur, mais ne me laisse guère le temps de mémoriser les zones érogènes qu'il me fait découvrir, j'ai à peine le temps de me demander si c'est votre volonté qui le guide et l'inspire à ce point, entre extase et horreur...Une larme vient d'échouer sur mes lèvres et coule doucement dans ma bouche, éveillant une soif nouvelle. Alors je l'ouvre cette bouche pour apaiser sa brulure, mais la pluie, de plus en plus vicieuse, se dérobe et vient plutôt transpercer d'autres points sensibles. C'est alors que je perçois votre pensée, limpide..."Et si elle s'écrase ici, juste ici, qu'est ce que ca vous fait? Et là juste là, c'est mieux? Moins bien?". Ne voyez-vous donc pas que je ne suis qu'une transe, que le spasme n'offre aucun répit, que j'ai dépassé le stade de l'analyse et que je ne suis plus qu'instinct animal retenu sur cette pierre par le seul pouvoir de la Première Incantation. Vous voulez que je survive au Rituel m'a-t-on laissé entendre, mais mon désir de vivre m'abandonne un peu plus à chaque pic gelé! Je me laisse dériver, je perds pieds, j'entre dans une demi-conscience... Entre vie et mort, malgré les mugissements des éléments et le fracas des cascades d'eau qui tombe de l'étoile, j'entends soudain des pas...comme une nouvelle musique...

 

jeudi, 22 juin 2006

Attente

Attente
Photo © Ixéo 2006
 

On dirait que le Rituel arrête le temps. C'est heureux, parce que si le temps n'était pas suspendu, si le temps s'écoulait normalement, la Grande Prêtresse serait en retard. Mais ici, au coeur du Rituel, le temps est suspendu, le temps ne s'écoule pas normalement, et la Grande Prêtresse n'est pas en retard, la Grande Prêtresse se fait seulement attendre, elle fait désirer son indispensable présence...
 

Les brumes des Marais qui ont envahi mon cerveau s'épaississent et tourbillonnent. Cette danse impalpable oriente le cours de ma méditation et de ma contemplation. Les archives et le Statisticien du Rituel sont d'accord : vous êtes la mille soixante sixième victime connue du Rituel; vous serez la cinq cent quatre vingt quatorzième à y survivre, puisque j'ai décidé que vous survivrez; il y a aussi cette troisième statistique qui m'a troublé et à laquelle je ne veux pas penser. Pas pour le moment...
 

Les brumes des Marais ont installé un nouveau décor peuplé de fleurs rouge sang et de statues blêmes, torturées. Les brumes sont folie, mais les brumes sont sages aussi : cette illusion est l'écrin parfait pour votre corps pâle, étendu sur cet autel froid comme la Mort, pour vos seins lourds frappés par la pluie, pour vos jambes qui pendent de part et d'autre du bloc de pierre noire, pour votre sexe ainsi exposé. Vous êtes indécente à l'extrême, et je comprends que cette indécence est la deuxième des Conditions obscures dont parlent les livres. La première Condition étant, bien entendu, votre consentement sans faille...
 

Je soupçonne que la Grande Prêtresse n'est pas étrangère au déluge de pluie battante qui fouette littéralement votre corps. Je la connais bien, mais l'étendue de ses pouvoirs me reste inconnue, ce qui rend très relative sa soumission de principe à mon pouvoir. Elle prolonge l'attente, et moi je prolonge ma contemplation de votre indécence. Sa connaissance du Rituel serait-elle plus intime que la mienne ? Elle semble n'avoir que trente ans, mais pourrait aussi bien en avoir trois cents, ou trois mille... L'attente serait-elle la troisième Condition ?
 

Influencées ou non par les brumes, mes pensées et ma volonté commencent à se focaliser intensément sur votre corps. Je me demande si vous ressentez particulièrement, différemment celles des larges gouttes d'eau glacée qui frappent précisément votre sexe, celles qui s'abattent et ruissellent sur vos seins, celles qui......... J'entends des pas. En même temps, je sens l'emprise des brumes des Marais sur mon esprit se relâcher et j'ai la très nette et étrange sensation de reprendre le contrôle...

mardi, 20 juin 2006

Le Rituel peut commencer...

Nue (faut-il le preciser?) sur la pierre sombre et glaciale, j'attends votre bon vouloir...

Le froid humide me penetre et couvre mon corps de frissons, pointant mes seins lourds vers l'ouverture en etoile du plafond de la nef au dessus de moi. Le rayon de lune qui la traverse illumine mes formes alanguies d'une aura livide accentuant encore la paleur d'albatre de mon epiderme. Mes yeux s'evanouissent dans la clarete de l'astre de la nuit.

J'attends votre bon vouloir...Pourquoi m'avoir choisie? Il vous aurait ete si facile de ceder a la tentation de la jeunesse, de la fraicheur, de la beaute, de l'innocence. Que croyez-vous donc que je puisse apporter au Rituel ? Qu'esperez-vous de moi? Pourquoi atermoyer plus longtemps l'ineluctable?

J'attends votre bon vouloir...Je sens votre regard possessif et animal jouir du suplice de cette interminable temporisation. Je voudrais vous hair, vous fuir, vous laisser la, seul, faire face aux obligations de votre Charge et de votre Rang. Mais je ne le peux, ma volonte est deja assujettie a la puissance mystique du Rituel dont vous retardez encore l'avenement.

J'attends votre bon vouloir...Une douce torpeur m'envahit lorsque la Premiere Incantation, The Storm Makers song, s'eleve mysterieusement du coeur de l'autel et monte jusqu'a l'etoile. Mes sens s'engourdissent et s'aiguisent, mon esprit s'evapore, s'envolant avec les notes envoutantes de la melopee. Je ne devrais pas me soumettre ainsi a votre volonte. Dehors, le Prince m'attend. Comment me soustraire a votre caprice alors que les echos lancinants du chant mysterieux m'attachent a la pierre glaciale plus surement qu'une chaine?

J'attends votre bon vouloir...Un gros nuage repond a l'Incantation et vient occulter l'astre de la nuit. L'orage eclate dans un fracas d'eclairs et de tonnerre. Quelques grosses goutes glacees s'ecrasent sur mes seins, mon ventre, mes cuisses et me font sursauter.  Et puis, c'est le deluge. Mon corps se tord sous les assauts repetes de la pluie drue et vive, et un rideau d'eau s'ecoule de l'etoile du plafond tout autour de l'autel. Je devine votre aura puissante de l'autre cote de l'ecran liquide.

Nue sur la pierre sombre et glaciale, ruisselante, fouettee par l'ondee,  j'attends votre bon vouloir...

Le Rituel peut s'accomplir...

vendredi, 09 juin 2006

Le Rituel

Le Rituel

En d'autres lieux, cet édifice serait appelé cathédrale. Dans ce monde, il est le siège de mon pouvoir, symbole du Rang et de la Charge, il est aussi l'écrin du Rituel, raison pour laquelle je l'ai bâti au coeur des Marais, et voulu sombre, froid et humide. Presque tous mes prédécesseurs ont oeuvré pour acquérir le Rang et la Charge dans le seul but de pouvoir enfin accomplir le Rituel, pour la seule satisfaction de leurs plus bas instincts, sous couvert de la plus haute respectabilité. Le Rituel, au fil du temps et des compromissions, s'est ainsi trouvé à la fois dévoyé et édulcoré.

Moi-même, je n'ai pas été épargné par la tentation de céder à cette tradition honteuse : hier encore, je rêvais de la brune adolescente aux seins menus mais insolents que j'avais prévu de convoquer. Mais, au tout dernier moment, je me suis repris, et c'est votre nom que j'ai prononcé. Avec vous, le Rituel va retrouver son sens, quel qu'il soit, quel qu'il ait pu être. Elle, je n'aurais pu que l'étendre sur l'autel, lui voler ses quatorze ans, et probablement la tuer, puisque la règle du Rituel ne s'y oppose pas. Vous, je veillerai à vous extorquer implorations et supplications, mais vous ressortirez d'ici bien vivante, et sublimée aux yeux de ceux qui savent que le Rituel est un hymne.

Je vous regarde remonter lentement la longue nef de pierre noire pour venir à moi, nue. Je vous regarde avancer, nue, entre les piliers de nuit avec lesquels contraste la pâleur presque phosphorescente de votre peau, tout comme contrastent les courbes de votre corps avec la rigueur géométrique du lieu. Sans contraste, pas de poésie. Sans contraste, pas de force. Vous êtes à présent suffisamment près pour que nos regards puissent se croiser. Nos regards qui se disent l'un à l'autre que vous et moi savons que nous ne savons pas. Nous ne savons pas la véritable raison d'être du Rituel, perdue dans la nuit des temps. Pourtant, il faut bien que cette raison ait existé, dans un passé (ou un futur ?) indéfini, et qu'elle ait été puissante, pour que le Rituel garde intacte sa vigueur, et que vous, surtout vous, acceptiez de vous y livrer. Vous et moi, donc, ne savons pas, et nous le savons. Cette ignorance est vertu : le Rituel devient fin en soi, vous épargnant le déshonneur et m'épargnant l'ignominie.

Vous êtes arrivée devant l'autel, nue, faut-il le répéter ? (oui, il le faut) Vous savez que vous devez vous y étendre, nue (faut-il le répéter ?), jambes pendantes de part et d'autre du bloc de pierre glaciale. La suite est mienne : je sens les brumes des Marais monter et envahir mon cerveau. Le Rituel peut commencer...

jeudi, 08 juin 2006

Premiere Incantation du Rituel

The Storm Makers Song

While the Soul Master is getting swamped
And muddied by a dirty tramp

The Third Visitor is making storms with me
And his storms are big but not scary
They just fill me with electricity
And throw lightenings through my body

What is the meaning of such energy
Am I just going to go crazy
And taking the Third Visitor with me
Deep deep down in the empty
While the Soul Master is getting swamped
And muddied by a dirty tramp


While the Soul Master is getting swamped
And muddied by a dirty tramp

My soul floats out in the free
And my conscience eludes me
My tears forbid me to see
And my heart in rags will be

What will the meaning of true love be
When the storm makers fly and plea
And ride the wind high from the tree
Until our souls in peace are ready
While the Soul Master is getting swamped
And muddied by a dirty tramp